Jugement sur le capital

Le capitalisme est en jugement, et à travers lui le capital. On lui attribue volontiers la cause de tous les maux et de toutes les crises de notre économie, et même de notre société. En même temps, on ne sait par quoi le remplacer, surtout depuis l'échec de quelques tentatives en ce sens.

Evidemment, ce sujet a été abondamment étudié, par les plus grands esprits. On a souvent l'impression que s'opposent, d'une part, un point de vue moral (mettant l'accent sur une mauvaise répartition des richesses) et, d'autre part, un point de vue pragmatique visant l'efficacité dans la production des richesses, comme dans la juxtaposition des deux positions ci-dessous, relatives au capital agraire:

Jean-Jacques Rousseau
(1712-1778)

 

Jean-Baptiste Say
(1767-1832)

 
Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire: ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d'horreurs n'eût point épargné au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables: "Gardez-vous d'écouter cet imposteur; vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n'est à personne!"
Lorsque les fruits sont à tous et que la terre n'est à personne, la terre ne produit que des bruyères et des forêts.

(cités par Wikipedia ICI)

Le capital financier

Admettre la position pragmatique de J-B. Say ne doit pas conduire à exonérer le capitalisme de tout défaut. Une des critiques qu'on lui adresse souvent est d'être devenu un capitalisme essentiellement financier. Possesseur des actions représentant ce capital matériel, le capitaliste a tendance à ne plus s'intéresser qu'à la valeur boursière de ces actions. Il n'est plus aussi attaché au capital matériel de l'entreprise ni aux succès de cette dernière. De surcroît, ces actions représentent souvent des entreprises disséminées dans le monde entier, ce qui les rend plus abstraites, moins attachantes humainement.

C'est donc sous sa forme financière que le capital est le plus connu, que sa valeur est définie, et qu'il s'échange de par le monde. C'est aussi sous cette forme qu'est recherchée sa plus-value.

L'entreprise, dès lors, de créatrice de produits qu'elle est en principe

devient sans qu'on y prenne garde une usine à créer de la plus-value financière:

L'équilibre du pouvoir au sein de l'entreprise est rompu, et les décisions ne sont plus principalement tournées vers l'accomplissement de la fonction sociale principale de l'entreprise: produire des biens et services.

 
A quoi les spécialistes de la finance répondront que le rôle de la finance est aussi d'assurer des équilibres globaux allant bien au-delà des entreprises individuelles, et qu'en privilégiant son intérêt particulier le capitaliste contribue à ces équilibres.
Un débat à transférer au sujet "finance".

Les limites du capital privé

L'expérience montre que la propriété privée du capital convient moins bien dans certaines situations, notamment:

- lorsque les objectifs à atteindre sont à très long terme;
- lorsque les bénéfices ne peuvent être chiffrés correctement;
- lorsque l'objectif principal est social.

Par ailleurs, un grand danger du capital privé est qu'il s'investisse dans des projets où il tire des bénéfices abusifs des biens collectifs. Certains biens, comme l'eau et l'air, n'ont été reconnus biens collectifs que très récemment. La société s'organise peu à peu pour en facturer l'utilisation lorsque celle-ci dégrade leur qualité.

C'est pourquoi l'existence d'un capital public est parfois souhaitable. C'est le cas pour les infrastructures routières et les voies naviguables.

Le capital et le pouvoir

Le capital, avons-nous dit, doit s'inscire, au sein de l'entreprise, dans un équilibre entre trois grandes forces: le capital, la direction, le personnel. Or les capitalistes, étant en dernière analyse les propriétaires de l'entreprise et ses initiateurs, occupent a priori une position dominante dans les organes de direction de celle-ci.

Ils choisissent les dirigeants, qui eux-mêmes engagent le personnel. Tant que cette prépondérance s'exerce pour le plus grand intérêt de l'entreprise, elle ne pose que des problèmes limités. Mais lorsque l'actionnaire est trop lointain, ou lorsqu'il est mû par des intérêts extérieurs à l'entreprise, le capital financier cesse d'être au service de l'économie réelle.

Renvoyons, ici aussi, au livre de Jean Peyrelevade "Le capitalisme total" (Seuil, 2005).

Besoin de règles et de lois

Un système économique de type capitaliste ne peut se passer de lois solides.

Il ne peut d'ailleurs exister et fonctionner sans quelques lois fondamentales, par exemple celles relatives à la propriété, aux marchés, à la concurrence, ...

Dans nos sociétés plus développées, des lois doivent aussi assurer que le capital financier reste bien au service de l'économie réelle. C'est un des enjeux des réformes entreprises suite à la grave crise du crédit survenue en 2008.

D'autres lois et règlements sont également nécessaires pour assurer une juste redistribution des richesses et une imputation correcte des coûts sociaux tels que ceux de la détérioration des richesses naturelles.

Le risque est que ces lois et règlements engendrent formalisme et lourdeur, et soient nuisibles au dynamisme de l'économie, handicapant ainsi sa fonction de créatrice de richesses. C'est un défi auquel sont confrontés ceux qui ont la charge, aux niveau national et international, de préparer ces textes.

En résumé

1.

Le capital matériel (terrains, bâtiments, machines, ...) est nécessaire au fonctionnement de l'économie. Sa croissance est la conséquence de la croissance économique.
2.
La croissance du capital est assurée par les profits des entreprises.
3.
Pour se constituer, évoluer, s'échanger, ... le capital matériel prend la forme du capital financier.
4.
La propriété du capital est aujourd'hui essentiellement privée. Elle est aux mains des capitalistes, par le truchement des actions.
5.
La propriété du capital a pour conséquence le pouvoir du capitaliste dans les entreprises.
6.
L'entreprise, lieu de production de biens et services, risque ainsi de voir son objectif transformé en machine de création de plus-value financière.
7.

Des règles et lois sont donc nécessaires pour assurer:

- que la finance reste au service de l'économie réelle;
- un équilibre des pouvoirs au sein du sytème;
- une juste redistribution des richesses;
- une imputation correcte des coûts sociaux.
8.
Ces règles et lois doivent cependant préserver le dynamisme du système économique dans sa fonction de créateur de richeses.
9.
Malgré l'existence de capitaux à propriété publique convenant à des cas particuliers, la propriété privée du capital s'est avérée jusqu'ici le système le mieux adapté au bon fonctionnement de l'économie.